LE POINT CARDINALE

d’après Alberto Moravia, mise en scène Vanille Fiaux
Création Juin 2020

Le Point Cardinale © Melissa Huart

NOTE D’INTENTION


« Il n’y a qu’une seule chose qui soit plus mystérieuse que la satisfaction c’est l’insatisfaction »

Insatisfaction de l’homme moderne, lassitude, inertie, fatigue, ENNUI.

L’ENNUI est un sentiment universel. Il range l’individu hors de la réalité, accroît l’incommunicabilité entre les êtres et isole.

L’ENNUI : le mal du monde moderne où la technologie a aliéné tous les rapports de l’homme avec la nature et l’élance dans une quête toujours inassouvie de possession.

Posséder par et pour l’argent, par et pour le pouvoir, posséder les objets, posséder le Temps, posséder la Terre, prendre le pouvoir sur son propre corps, capturer celui de l’autre, posséder tout ce qui est extérieur à soi, pour combler le vide, occuper les heures, combler cet ENNUI.

Posséder les êtres, les êtres aimés, l’être aimé, chercher à façonner l’autre selon son fantasme, son idéal, une idée de la perfection.

Pourtant la recherche de la possession semble une recherche vaine, puisque l’objet de la possession lui-même se dérobe continuellement et plonge les individus dans le désespoir et la souffrance. La souffrance nous apprend qu’on ne peut posséder personne.

Les Etres deviennent prisonniers de leurs désirs, en proie aux passions, à la jalousie, à l’envie qui dévore, à la cruauté, et de cet état d’insatisfaction perpétuel naît une humanité froide, cynique et désincarnée, désunie de l’amour.

Ces thématiques sont récurrentes dans les romans de Moravia pour qui la métaphore de L’ENNUI, le plus souvent, est l’amour. Et son symbole, l’histoire d’amour.

Il faudrait renoncer à l’objet pour commencer à l’aimer et dès lors être dans la contemplation.

Pour Moravia pour posséder vraiment, il faut renoncer à posséder, admettre que quelqu’un existe en dehors de nous, admettre la personne humaine en dehors de nous, ses défauts, tout ce que l’on désapprouve en lui.

L’amour est chez Moravia le test par excellence qui permet de vérifier l’aptitude du héros à établir un lien avec la réalité.

Il ne cesse de disséquer dans son œuvre les rapports amoureux. Lui-même ayant vécu une passion qui le marquera au fer.

L’écriture demeure la projection d’une réalité autre.

La vérité de quelqu’un est juste cela, la vérité de quelqu’un, jusqu’à ce qu’elle rencontre pour s’opposer ou se fondre, celle de l’autre.

Quand le silence de l’autre dérobe pour nous le sol sous nos pieds.

Comment comprendre ce qu’il se passe en l’autre quand plus rien ne fait signe ?

Quand les mots sonnent faux quand le corps joue autre chose que la parole ?

Dans la passion amoureuse, dans le désarroi amical, dans la trahison des sentiments, l’autre se transforme sans cesse.

Vient le jour où on ne peut ne pas le reconnaître.

Dans la fusion amoureuse la passion agit comme un miroir :

Au commencement, l’alter ego, le soi-disant égal est face à nous, il nous comprend entièrement;

mais le principe de vérité joue à plusieurs niveaux et le temps rebat les cartes.

L’autre ne semble plus nous appartenir, alors poser des questions devient l’ultime moyen pour le posséder encore.

« L’Ennui c’est la tristesse de l’âme, interrogeant la vie sur son mystère ». Lermontov

Moravia, comme ses héros, qui ne sont d’ailleurs à chaque fois que son incarnation augmentée, est un grand poseur de questions : l’architecture de ses romans se fonde dans ces dialogues où le héros en quête de désir, interroge l’être au service de ce manque de désir.

Il questionne pour espérer saisir le sens qui, caché dans les plis d’une réponse, pourrait surgir et se révéler. Cherchant en vain à rencontrer l’autre, à obtenir dans le corps à corps une réponse sur sa propre existence, il fait face au vide.



D’après les romans
L’Amour Conjugal, Histoire d’Amour, L’Ennui, Le Mépris, La Femme Léopard, Lettres à Lélo Fiaux & l’interview Claudia Cardinale de Alberto MORAVIA, traduit de l’italien par René de Cecatti.

Mise en scène Vanille Fiaux

Avec Vanille Fiaux, Clément Pascaud, Jonathan Genet
Création sonore Jonathan Seilman
Création Lumières Fausto Bonvini
Scénographie Vanille Fiaux & Fabien Proyart
Construction Ateliers du Grand T

Chargée de Production Christelle Guillotin

Production Fitorio Théâtre Coproduction (en cours) Le Quai, CDN d’Angers – Pays de la Loire, TU Nantes.


CALENDRIER DE CRÉATION

Salle Eve I Le Mans | du 6 au 10 Janvier 2020

Curiositas | Le Quai, CDN | Angers | du 20 au 24 Janvier 2020

Le 104 | Paris | du 24 au 28 Février 2020

Résidence | Le TU | Nantes | du 13 au 25 Avril 2020

Résidence | Le Quai, CDN | Angers | du 18 mai au 3 juin 2020

Création I Le Quai, CDN | Angers | 2 & 3 Juin 2020

Diffusion I Le TU | Nantes | Automne 2020